Plus les nouvelles technologies s’accroissent, plus internet devient une grande source de pollution sur la planète. Aujourd’hui, il existe des solutions pour le réemploi de la chaleur occasionnée par les milliards de mails échangés.

La pollution numérique

Le numérique ne dématérialise pas tout, et on peut même voir tout l’opposé. Les technologies de l’informatique et de la communication déposent une empreinte énergétique. Celle-ci est semblable à l’émission du secteur aérien en matière de gaz à effet de serre. Cela peut se voir concrètement avec les data centers. Aujourd’hui, de grandes fermes informatiques sont établies afin d’externaliser et stocker entièrement les données, comme les photos, les vidéos, et les mails. Il faut savoir que toutes les heures, le nombre de mails émis sur la planète est de 10 milliards.

 

Les ordinateurs qui fonctionnent en permanence dans ces locaux regroupent fournissent énormément de chaleur. Afin de gérer cette chaleur, il est indispensable de bien normaliser la température de la salle. Les data centers utilisent 40% à 50% de l’énergie pour leur refroidissement, qui occasionne inutilement une déperdition d’énergie, entrainant la dégradation de l’atmosphère.

 

Cependant, chauffer les habitations par le biais de cette chaleur dans les réseaux urbains est un exemple faisant partie des solutions. De ce fait, il est possible de fonctionner le four ou le radiateur en activant un ordinateur à partir des serveurs intégrés. Ces technologies sont déjà en marche en ce moment.